Le Puits Communal

En 1902, sous le mandat du maire Pierre Godin, une pétition des habitants des huttes du marais communal demande la construction d’un puits. Pendant toute l’année, et surtout l’été, l’eau qui sert à l’alimentation des huttes ( les sources), est souvent défectueuse et peut devenir la cause de bien des maladies.

 

Le conseil, considérant que l’examen des couches de terrain a amené la certitude de trouver de l’eau potable à quelques mètres de profondeur, vote donc la somme de 220 F pour sa construction sur un terrain communal aux « chétifs-bois. »

 

Lors du remembrement, en 1962, la répartition des terres inclus le puits, dont l’usage est abandonné en raison de l’adduction du service d’eau, dans une propriété privée. Derrière le puits, disparaissent peu à peu les traces de l’ancienne ceinture du marais  comblée en partie par toutes sortes de gravats.

 

En 1994  Jean Guillaud alors Président de l’association pour la valorisation de la race bovine maraîchine, achète cette parcelle incluant le petit puits. René Rosoux, biologiste au Parc Naturel Régional intéresse le PNR à la restauration de ce milieu humide qu’il relie au canal des Hollandais et du puits, presque centenaire, dont l’architecture, en pain de sucre est particulière. Restauration réussie : crépissage à l’ancienne et appareillage parfait. L’ensemble par sa simplicité, son authenticité retenant les regards des passants, l’association propriétaire, décide d’en laisser le libre accès au public en effectuant une enclave dans la clôture.