La Chasse à la Vache

Dans le marais du Poiré était pratiquée « la chasse à la vache ». L’animal devait être « une bonne comédienne » répondant aux ordres de son maître, même modulés à voix basse. Elle est  dressée vers 1 an ½.

Le chasseur se place sur le côté droit de l’animal en se cachant. Il l’incite à avancer très doucement en direction d’un groupe de gibiers d’eau. Arrivée à une distance, qui ne donnait aucune chance au gibier « tiré comme au stand «, elle s’arrêtait pour paître sans éveiller l’attention.

 

En 1976, la Fédération des chasseurs de Vendée considérant que cette méthode équivalait à du braconnage, porte l’affaire devant le Tribunal correctionnel à l’encontre des 3 chasseurs du  Poiré pratiquant donc « la chasse a la vache ».

 

L’avocat des contrevenants obtient alors leur relaxe en évoquant entre autres le privilège royal accordé par « le Bon Roi Saint Louis », car cette chasse était alors destinée à améliorer l’ordinaire des habitants des marais, en raison des disettes dues à une nature peu clémente où les inondations prenaient l’aspect de catastrophes naturelles.

 

Mais en 1981, cette même Fédération des chasseurs de Vendée s’associe à la municipalité du Poiré et demande sa mise en réserve naturelle volontaire (chasse interdite).